10-Une nouvelle Renaissance

A ceci près, justement, que nous vivons actuellement une époque historique analogue à la Renaissance. Nous sommes en train de vivre une nouvelle Renaissance. C’est-à-dire que notre manière de penser le monde est en train de changer et que nous sommes, de ce fait, au seuil d’un nouveau monde.

Nous sommes contemporains d’un bouleversement comparable a celui qui a vu le passage du moyen âge à la Renaissance et ce bouleversement va nous faire sortir du monde mis en place à la Renaissance.
Un autre monde va en résulter, qui sera aussi différent de celui qui meurt, que la Renaissance l’a été de l’époque moyenâgeuse qui l’a précédée. Et ce sera un progrès.

A condition de ne pas laisser faire ceux de nos contemporains, affolés, qui à propos de religion, comme en d’autres domaines, tirent la civilisation en arrière, en essayant précisément de la ramener vers le moyen âge.

Nous avons la chance, et l’inconfort, de vivre une période historique de rupture dans l’ordre du savoir -de « La Science »- de la religion et de la civilisation.
Nous allons préciser cette rupture en nous intéressant maintenant à ce que les scientifiques ont laissé hors de leur champ à la Renaissance : la surnature. La surnature, c’est-à-dire le territoire du surnaturel.

En toute logique, d’après ce que je vous ai exposé sur les relations entre les sciences et la théologie, on peut s’attendre à ce que, l’histoire n’étant pas terminée, et en particulier l’histoire des sciences, on peut s’attendre donc, à ce qu’une ou plusieurs disciplines, dans l’avenir, arrachent encore d’autres territoires à la religion pour en constituer leur objet d’étude.
Ce sont encore autant de morceaux, si je puis dire, de secteurs, qui sont pour le moment le territoire de la théologie et qui pourraient bien ne plus l’être dans un avenir prochain.

Et cela pourrait bien représenter un tel chambardement, dans notre manière de penser le monde, que nous entrerions de plain pied dans une prochaine étape et de la religion et de la civilisation. Et quand je parle de religion et de civilisation, je pense en fait au pluriel. Toutes les religions et civilisations humaines seront concernées.

Quelles pourraient être ces disciplines nouvelles? Les sciences humaines. Ce sont elles qui vont prendre, dans la métaphysique, qui vont prendre, dans la surnature, c’est-à-dire dans ce que les autres sciences ont laissé à la théologie, de quoi constituer l’objet de leurs investigations. Et de leurs explications.
La précédente Renaissance a résulté du bouleversement introduit par la naissance des sciences de le nature, la prochaine Renaissance sera donc issue du bouleversement introduit dans le savoir par l’avènement des sciences de l’homme. Ce seront les sciences de son âme et de sa psyché.

J’évoque ici, de manière assez globale, la sociologie et la psychologie, par lesquelles âme et psyché sont, ou seront, retranchées de la métaphysique, philosophique et théologique, pour devenir objet de sciences humaines.

Une bonne partie de la surnature, une bonne partie du surnaturel va ainsi basculer, d’une explication par le « sens » que veut bien lui donner la religion, à une explication par une rationalité spécifique inédite et humaine. Qui sera celle des sciences de l’homme.

Que restera-t-il de la religion quand on en aura retiré ce qui va constituer les sciences humaines ?

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks

Les Commentaire sont clos.